Qutenza – patch de capsaïcine à 8% – Témoignage

Qutenza

Voila presque une année que je suis suivi par un médecin algologue du service anti-douleurs du centre Paul Papin à Angers. J’aurais attendu un an avec mes douleurs avant d’être envoyé ici (fin décembre 2013) pour mettre un nom sur ces douleurs qui ne me quittent pas depuis ma pneumonectomie droite. Elles ont déjà fait l’objet d’un petit article, ce sont des douleurs neuropathiques périphériques. On m’a proposé les patchs Qutenza qui sont indiqués pour lutter contre ce type de douleurs et qui ont entre autres avantages, celui d’être « naturels » puisque tirés du piment rouge.

Avec presque une année de recule, je vous présente mon témoignage sur ce type de traitement.

Vous êtes en recherche de témoignage par ce que vous allez vous-même avoir une application de ce patch dans quelques jours ? Sachez qu’il n’y a rien d’effrayant à craindre si ce n’est peut être, un bon coup de chauffe. Je dis « peut être » car pour avoir discuté avec les infirmières qui posent le patch, chaque patient a son propre ressenti de cette chaleur.

1e patch Qutenza, jeudi 30 janvier 2014.

Qutenza1
Quelques heures après la première application de patch Qutenza le 30-01-2014

Entré pour 13 heures 30 en hospitalisation de jour au centre Paul Papin d’Angers, je sais un peu ce qui m’attends pour avoir trouvé des informations sur le web.
L’application du premier patch m’a tout de même réservé son lot de surprises.

Accueil

Une infirmière du service m’accueille et me guide jusque la chambre (seul) ou se déroulera l’intervention. La télévision est à disposition gratuitement et c’est plutôt une bonne chose pour occuper les 2 ou 3 prochaines heures. La durée d’intervention est variable car au commencement, il y a dieu…
Oh la, tu t’égares Laurent !
C’est vrai, il y a erreur de « commencement ».
On recommence.

Définir la zone

Avant tout, il faut définir la zone et la surface où sera appliqué le patch et pour cela, nous attendons (la divinité du service) le passage de l’algologue et son habile coups de crayon. En suivant mes indications, le docteur dessine sur mon thorax d’athlète la surface qui recevra l’offrande de piment. Miam-miam !
Ho là là, ça pique !

La pose du patch

Pour la pose, l’infirmière mets des gants et un masque (le patient a droit au masque). Elle découpe le patch en reproduisant la forme de la zone définie. La zone est nettoyée puis le patch est collé. Il va rester en place pendant une heure.

Ça chauffe !

Quelques minutes après la pose, j’ai un goût difficile à définir, mais piquant dans la bouche. Cela ne dure pas très longtemps et n’est pas très gênant. Dès les premières minutes je sens cette chaleur qui au fil du temps va devenir de plus en plus difficile à supporter. Le dernier quart d’heure est douloureux. Pour cette raison, je suis bien content quand l’infirmière arrive pour enlever le patch.

La délivrance

Toujours avec les gants et le masque, elle décolle en roulant le patch sur lui-même pour éviter le risque d’aérosolisation de la capsaïcine . Ensuite la zone est nettoyée avec un gel qui me semble sortir du frigo. Cette fraicheur fait du bien et commence à apaiser la douleur de brulure. Pour conclure, l’infirmière me pose ensuite une poche de glace enroulée dans une petite serviette, directement sur la zone qui a reçu le patch. Et là !!!
La douleur disparait instantanément. Quel soulagement et quel étonnement !
Après quelques temps, le froid devient un peu difficile à supporter. Je soulève alors la poche de glace et la, surprise, la douleur occasionnée par la brulure revient aussi tôt. Je repose donc la glace rapidement, mais en appuyant moins fort.

Retour à la maison

Pour le retour à la maison, on me donne deux packs de froid instantané. Ils me permettront de refroidir la zone traitée pendant le trajet d’un peu moins d’une heure.

Arrivé à la maison, c’est l’horreur. Le dernier pack de froid instantané n’est plus assez froid et je n’ai même pas de glace. Ça me brûle et la douleur est à la limite du supportable. J’improvise car par chance, j’ai deux petits pains de glace réutilisables (pour le camping) dans le congélateur. Bien enroulé dans une serviette, cela fait l’affaire. Je prends un Abstral 100 microgrammes et m’allonge sur le canapé devant la télé. L’Abstral n’est pas trop fait pour les douleurs de brûlure, mais cela m’assomme. Il est 20 heures, je m’endors. Quatre heures plus tard, je me réveil et constate que le pain de glace est toujours froid et en place. Je le retire, c’est encore un peu rouge, mais la douleur ne revient pas. J’en profite pour vite sauter dans mon lit.

L’agréable surprise

Le lendemain matin me réserve la plus agréable des surprises, je me réveil pour la première fois depuis plus d’une année, sans douleur. J’ai l’impression d’être léger dès le premier geste pour sortir du lit.
En fait, je vais me rendre compte dans les deux/trois jours qui suivent que le patch n’a pas stoppé la totalité de la douleur. J’estime qu’il l’a atténué d’environ 60 %. C’est vraiment un gain pour le bien être qui est non négligeable. Ce patch fera effet pendant deux mois.

2e patch Qutenza, jeudi 15 mai 2014.

Une seule petite différence dans la procédure d’application. Cette fois la glace est appliquée au bout d’une demie heure que le patch Qutenza est en place. Une petite différence qui fait toute la différence. C’est plus confortable pour le patient.

Ce patch n’a fait effet qu’à partir du 17 juin 2014 soit environ un mois après son application. L’effet est arrivé d’un coup pendant que je conduisait, comme lorsque l’on appui sur un interrupteur. Cela a fonctionné pendant deux mois et a stoppé une semaine avant la troisième application.

3e patch, mercredi 3 septembre 2014.

Qutenza3
Le 03-09-2014, troisième patch

Une semaine que la douleur est revenue et je suis bien content de ne pas avoir trop à attendre ce nouveau patch. Encore une petite différence dans la procédure. Puisqu’il n’y a aucune incidence sur l’efficacité du patch, on peut refroidir avec la glace dès le début de l’application. N’ayant pas ressentie trop fort la chaleur, je n’ai demandé la glace qu’au bout d’une demie heure.

Les jours et les semaines ont passées, cela fait 2 mois maintenant depuis l’application et il n’y a toujours pas d’effets.

Pensant que tous les moyens (surtout naturels) sont bons pour luter contre mes douleurs, j’ai eu deux séances d’hypnose. Pendant l’une d’elles, l’algologue m’avait présenté vite fait la « TENS » (Transcutaneous Electrical Nerve Stimulation) ou neurostimulation électrique transcutanée. En lieu et place de ma troisième séance d’hypnose, l’algologue me présente une kiné du service et nous voila partis pour une séance de TENS de 30 mn, mais cela fera l’objet d’un article bientôt.

Les trois mois ont passés et ce troisième patch n’a eu aucun effet. Je suis déçu et surtout, j’ai passé deux mois à pas mal souffrir jusqu’à ce que la fée électricité (TENS) soit arrivée.

4e patch, mercredi 13 novembre 2014.

Qutenza4
4ème application de patch Qutenza

Je rentre tout juste du centre Paul Papin où je suis allé dans le service chirurgie ambulatoire pour la pose de mon quatrième patch Qutenza. Aucune modification a signaler pour l’application. La zone à traiter a diminuée, ce qui peut laisser penser que tous les efforts fait pour diminuer la douleur ne sont pas vains. C’est vrai, grâce à tout cela il y a des jours ou c’est moins difficile, mais trop rares sont les jours ou je peux faire plus d’une heure de taches ménagères. Trop souvent prendre une simple douche est si épuisant que je dois encore m’allonger juste après pour récupérer. La douleur, c’est usant.

Espérons que ce quatrième patch accomplira ce que l’on attends de lui.

Le système nerveux en vidéo

Pour en savoir + :

Pour en savoir plus sur les patchs Qutenza, vous pouvez visiter la page Liens utiles. Vous pouvez aussi lire les articles similaires ci-dessous ou lancer une recherche sur le mot « Qutenza« .

12 Commentaires

  1. webmaster@philippeau
    10 décembre 2014

    Le 4ème patch vient de faire effet le dimanche 7 décembre 2014 soit 24 jours après l’application (le 13/11/2014).

    Répondre
    1. Laurent
      9 février 2015

      Le 4ème patch fait toujours effet aujourd’hui (09-02-2015), mais ne permet pas d’arrêter ou diminuer le traitement médicamenteux. Une journée (20-01-2015), le patch n’a plus fonctionné et ce jour la, même le TENS ne marchait pas. Heureusement, le lendemain tout est rentré dans l’ordre. Depuis la semaine dernière, je suis obligé certains jours de mettre un patch Versatis en plus. Cela annonce peut être bientôt la fin de l’effet du 4èmme patch. Le 5ème patch lui, est déjà programmé pour dans 2 jours, le mercredi 11 février 2015.

  2. Marlène Perron
    28 mai 2016

    Bonjour, merci pour vos commentaires concernant le patch de capsaicine. J ai une neuropathie des petites fibres depuis bientôt 3 ans. Je souffre constamment. Je prends des antidouleurs , un peu trop à mon goût, lyrica, oxynorm, laroxyl fonds parties de mon quotidien et perdent de leur efficacité au fil des mois. Je suis suivie au centre antidouleur de la Meynard, en Martinique. On m a proposé des patchs de capsaicine et j ai rendez-vous le 1 juin. Votre témoignage me permet d avoir un peu moins peur. Je me disais que je souffre assez comme ca, je n ai pas besoin de rajouter de la douleur sur ma douleur. Je croise les doigts et merci encore.

    Répondre
    1. Laurent
      5 juin 2016

      Bonjour Marlène,
      Vous avez dû avoir votre premier patch et j’espère que tout c’est correctement déroulé. Aujourd’hui l’application des patchs n’est normalement plus douloureuse car on pose la glace en même temps que le patch. Cela permet de moins ressentir la chaleur qui n’est tout de même pas anodine. Je souhaite que pour vous, cela soit aussi efficace que pour moi car lorsque cela fonctionne au mieux, c’est vraiment un plus pour notre qualité de vie. A ce jour, je continue les applications toutes les 8 semaines. Merci pour votre commentaire et n’hésitez pas à nous tenir au courant.

  3. Laurent
    7 mars 2017

    Venez en débattre dans le forum

    Répondre
  4. ghyslaine
    14 novembre 2017

    Bonjour j ai eu une synovectomie du pouce Qui s est compliqué car j ai fibrosé a la 1er et 2 eme intervention et celà est démoralisant car je suis gauchére et j ai toujours une douleur comme un coup d arc ou électrique et le matin mon pouce est raide donc tous les jours j effectue une séance de kiné depuis 14 mois environ En décembre , ,je dois avoir un 1er patch de Qutenza en hospitalisation de jour Actuellement je suis traitée par de LYrica 150 3 fois par jour et du topalgic depuis 11 mois a peu prés et le soir je mets le pansement de versatis 5 depuis 2 jour pour une durée de 30 jours car la lamaline ,l atiskenan et l izalgie ne me font aucuns effets ,donc est ce que quelqu un aurait eu une opération similaire ?

    Répondre
    1. Laurent
      15 novembre 2017

      Bonjour ghyslaine,

      Je suis désolé, mais ici c’est un blog qui me permet de témoigner à propos de mon cancer et des suites. Bien qu’utilisant les mêmes traitements que vous, nous avons eu des opérations bien différentes.
      Je vous souhaite une meilleure santé, bon courage pour la suite.

  5. THOMAS
    16 septembre 2018

    Bonjour Laurent
    Merci pour cette explication très très claire du traitement par l’apposition de Qutenza. Il ne faut pas avoir peur de la douleur générée par la pose de patch puisqu’elle permet de bien soulager une douleur nettement plus forte et fréquente. Je vais bientôt avoir mon 4è patch …je l’attends avec impatience ( pour moi, pose sur les 2 jambes du bassin aux orteils pour douleurs périphériques après 2 chirurgies lourdes du rachis lombaire) Quelques jours après la pose….on peut même oublier en partie la douleur …avant qu’elle ne se rappelle à votre bon souvenir …et on recommence!
    Cordialement
    Colette

    Répondre
    1. Laurent
      25 septembre 2018

      Bonjour Colette,je m’excuse pour ce manque de réactivité indépendant de ma volonté. Je viens de passer 26 jours sans téléphone fixe et internet… merci Orange 🙁
      De mon coté j’aurais mon 22e patch dans 2 jours et 10 semaines après, on recommence.
      Bon courage à vous.

  6. Helene
    27 novembre 2019

    Bonjour je viens de lire votre témoignage sur les patch. Je vais avoir mon 1er rdv au centre anti douleur au village santé de trelaze. J ai une nevralgie cervical brachiale en récidive. Je prend du laroxyl seul médicament supporte mais bien moins efficace cette fois ci. Vous parliez des TENS. Avez vous un témoignage la dessus? Merci helene

    Répondre
  7. Helena
    27 novembre 2019

    Bonjour Je vais avoir mon premier rdv au centre anti douleur au village santé de trelaze. J ai une récidive de nevralgie cervical brachiale. Vous avez dit avoir tenté les TENS. Qu’ en avez vous pense? Merci à vous.

    Répondre
    1. Laurent
      29 novembre 2019

      Bonjour Hélène, excusez-moi de ne pas avoir validé vos commentaires et répondu plus rapidement.
      Le temps a passé depuis cet article et j’en suis à ce jour à mon 28ème patch Qutenza.
      Pour la TENS, non seulement j’ai testé, mais je l’utilise toujours. C’est assez efficace sur moi, mais je ne l’utilise qu’en dernier recours quand je sors (plus rarement à la maison). Avoir les fils qui se baladent et l’appareil à la ceinture peut vite être gênant, mais le pire c’est quand il fait chaud et que l’on transpire. Dans cette situation les électrodes ont tendance à se décoller provoquant des arcs électriques qui sont assez désagréables et surprenants. En plus dans ces conditions il n’est pas rare que la colle des électrodes me provoque des démangeaisons difficiles à supporter.
      Enfin il ne faut pas oublier que, comme pour le Qutenza ou d’autres traitements, nous réagissons tous différemment. Pour preuve moi le Laroxyl et tous les antidépresseurs me donnent des envies de suicide.
      Il faut demander si vous pouvez l’essayer dans le centre antidouleur.

      Je ne savais pas qu’ils ont maintenant un centre antidouleur au Village Santé 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Remonter en haut

%d blogueurs aiment cette page :