Questions fréquentes (faq)

Questions Fréquentes
Questions Fréquentes

Questions fréquentes

Les questions fréquentes que l’on peut se poser à propos du cancer du poumon, des traitements et en général de l’impact de cette maladie sur notre vie.

Cancer du Poumon

Vivre avec un seul poumon

vivre avec un seul poumon
vivre avec un seul poumon

Il est possible de vivre avec un seul poumon. C’est ma vie depuis le 26 novembre 2012.
Cette question je me la suis posée la première fois que l’un de mes médecins a prononcé le mot pneumonectomie. Étant comme la plupart des gens pas totalement idiot, je comprenais vite que si cette chirurgie est possible, il est évident qu’elle n’a pas pour objectif de tuer le patient.
La question est donc plutôt : Vivre avec un seul poumon oui, mais comment ?

Comment dans mon cas

Pour ce qui est du comment je ne peux témoigner que de ma propre vie.
À quel point peut-on bien vivre, avec une respiration à priori réduite à moitié de sa capacité pulmonaire normale ? Cela dépend de plusieurs paramètres.
Premièrement le poumon gauche (celui qu’il me reste) est plus petit que le droit.
Ensuite je souffre de douleurs neuropathiques depuis la pneumonectomie. L’origine de ces douleurs se trouve coté droit de la cage thoracique. Elles m’empêchent souvent de respirer correctement.
À cette question du comment, je suis persuadé que sans ces douleurs, je répondrais « correctement ».

Comment en général

Je peux aussi me baser sur ce que disent les personnes dans cette situation, avec qui je converse sur les réseau sociaux. Il faut toutes fois noté que ces personnes ont toutes perdu un poumon à cause du cancer. Beaucoup sont donc victimes de ces mêmes douleurs neuropathiques causées soit par une tumeur, les traitements ou la chirurgie. Pour la majorité de ces personnes, la vie avec un seul poumon même sans douleurs est différente. Au mieux il faut s’habituer à faire les choses plus lentement, au pire à ne plus pouvoir les faire.

Catégorie :Cancer du Poumon

Comment on this FAQ

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traitements

Mon expérience

Pictogramme de niveau 2
Pictogramme de niveau 2

Je prends du SKENAN L.P. (sulfate de morphine) et autre ACTISKENAN à divers dosages depuis plus de 6 ans. Ce traitement m’est prescrit par l’algologue qui me suit dans un centre anti-douleurs. Il est évident que je lui ai posé cette question. Elle m’a répondu que lors de contrôle routier cela était détecté dans la salive. C’est vrai. Elle m’a aussi dit que la conduite sous l’emprise de stupéfiant est interdite. Pour l’assurance en cas d’accident, elle risquait de ne pas prendre en charge les dégâts.
À cause de ces mots je ne conduisais plus que pour faire mes courses à 7 km.
Mes enfants habitant à plus de cinquante kilomètres, je n’osais pas aller leur rendre visite par peur d’un accident même minime.
Bref, ce que m’a dit mon algologue est faux et je n’étais vraiment pas content après elle lorsque j’en ai eu la preuve.

Ce qu’il faut retenir :

Il est possible de conduire lorsque l’on prends ce genre de médicament. Il faut tout de même suivre les recommandations de notre médecin car bien entendu à un certain dosage, il est préférable de s’abstenir. D’autant plus qu’il peut y avoir des interactions avec d’autres médicaments.

« Si le conducteur a pris un stupéfiant mais que celui-ci est prescrit dans le cadre d’un traitement médical, alors il doit le signaler et produire sa prescription. » Il faut demander une « analyse sanguine (qui) permettra de vérifier la présence des médicaments et l’absence de substances illicites. » Sources : Drogues Infos Service.fr

Une femme dont le mari est (ou était) dans cette situation (conduite et morphine) à posé la question sur le site Drogues Infos Service. C’est ce que j’ai trouvé en premier il y a quelques mois. Vous pouvez lire la réponse ici.

J’avais aussi trouvé cet article « Médicaments au volant, un risque en questions » sur le site d’Europe 1 qui donne pas mal d’informations et de réponses sur ce sujet.

Pour ce qui est du risque de na pas être assuré évoqué par mon algologue, la aussi elle se trompait. Pour les assurances, la réponse est dans le Code des assurances – Article L211-6. Toutes ces informations je les ai trouvées il y a peu de temps seulement. J’avais pourtant effectué des recherches répétées ces quatre ou cinq dernières années, sans jamais trouver de réponse.

Catégorie :Traitements

Comment on this FAQ

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charger plus

EN CONSTRUCTION merci de votre compréhension il y aura plus de questions fréquentes au fur et à mesure 🙂

Remonter en haut